Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comme chaque année, à l'approche de la frénésie de fin d'année, je suis saturé d'information, de buzz, de publicité virale sur les jeux INCONTOURNABLES. pffff

C'est une sensation qui devient également plus forte à chaque nouvel Ecube.

Prendre du recul, et sortir de la camisole acheteuse pour ouvrir les yeux sur le marché actuel. Trois constructeurs, dont deux jouant exactement du même pipeau, le dernier usant de l'ocarina, et une joyeuses bande de hamster. En bas du ravin, le dernier jeu à acheter dans sa version collector.

Les éditeurs? Une dizaine à tout casser, enthropophage,  se partageant la manne financière comme d'autres ont divisé l'Europe au lendemain de la Grande Guerre.

Les développeurs, les créatifs, les artistes? Certains font la manche, d'autres roulent en Ferrari, certains se plient au loi de l'offre et de la demande, d'autres non.

Les joueurs, que ce soit "casual" ou "gamers", c'est de toute façon dans un sens péjoratif, limite insultant. Qui usera le plus d'esbrouffe pour faire briller l'oeil du consommateur.

La next-gen, qui finalement a débuté avec la dream/PS2...on y est toujours et on attend un renouveau. Les succès d'aujourd'hui sont toujours les suites des succès d'hier.

Le panorama ludique n'est pas réjouissant. La crise aidant, les gens achètent du plaisir, du jeu, comme aux jeux du cirque de la Rome décadente.




Tag(s) : #Humeur

Partager cet article

Repost 0